mercredi 27 juin 2018

Un dernier gros projet: une pièce de théâtre

Si vous nous suivez sur Instagram, vous n'avez pas pu manquer notre dernier gros projet de l'année. En effet, c'est mardi dernier que nous avons enfin présenté notre pièce de théâtre à l'ensemble de l'école et aux parents. Un vrai marathon de trois représentations, dont une en soirée! Et c'est avec une immense fierté que nous avons regardé nos élèves briller après des semaines de travail. D'ailleurs, vous avez été plusieurs à nous écrire pour avoir des détails sur l'organisation d'un tel événement. Nous vous présentons donc les grandes lignes de ce projet que nous avons débuté en mars.

Le choix de la pièce
À notre école, jusqu'à cette année, les titulaires du troisième cycle étaient responsables d'enseigner l'art dramatique en classe. C'est donc dans ce contexte que nous avons choisi de monter une grosse pièce de théâtre en fin d'année. Par contre, il n'est pas impossible d'y arriver sans enseigner l'art dramatique (devant le succès obtenu auprès des élèves, il est hors de question que nous ne refassions pas ce projet dans les prochaines années 😊). L'an dernier, nous avions décidé de faire la même pièce séparée en trois parties égales. Ce fut la meilleure des décisions puisqu'il faut beaucoup de temps pour prévoir les décors, les costumes, etc. Pier-Ann l'avait déjà fait à quelques reprises seule. L'an dernier, les élèves avaient présenté le premier volet des aventures d'Harry Potter et sans faire de mauvais jeu de mots, cela a été une expérience magique! La barre était donc haute cette année parce que nous voulions pousser l'expérience à un niveau encore plus grandiose. Les classes de Pier-Ann et de Sarah avaient déjà vécu l'aventure Harry Potter, il fallait donc trouver un projet tout aussi stimulant qui pousserait les élèves à se dépasser. Une proposition d'Alexandra nous est donc apparue comme étant LA pièce à présenter: La Belle et la Bête. Et cette fois-ci, en plus de jouer, les élèves allaient chanter et danser!



La préparation
Même si une grosse partie du travail revient aux élèves, il faut être prêt à investir du temps avant même de commencer les répétitions. En effet, nous n'avions pas accès au scénario du film en français. Nous avons donc trouvé le texte du film d'animation en anglais et nous avons décidé de le traduire. Plusieurs de nos soirées de février ont été consacrées à ce projet (accompagné d'un bon verre de vin...Hi! Hi!), mais nous devons dire que nous étions très motivées et excitées à l'idée de présenter le projet aux élèves. Pour des raisons de droits d'auteurs, nous ne pouvons pas partager notre traduction, mais il est facile de trouver le scénario en anglais et les chansons en français sur Internet. Une fois la traduction terminée et corrigée, nous avons séparé la pièce en trois parties égales et chacune d'entre nous s'est occupée d'imprimer et de boudiner les textes pour chaque élève.


Juste avant de partir pour la semaine de relâche, nous avons annoncé le thème de la pièce aux trois classes et nous avons visionné le film tout le monde ensemble. Ça y était, le projet était lancé et les élèves motivés. Ils étaient déjà en train de penser au rôle qu'ils souhaitaient jouer (que ce soit comme acteur ou comme technicien).



La dernière partie de la préparation a été de faire des auditions. Chaque élève recevait un extrait de texte à apprendre selon les personnages qui les intéressaient. Par la suite, nous avons consacré quelques diners aux auditions. Même si nous avons trouvé ce moment difficile (parce que nous savions que plusieurs élèves vivraient des déceptions), nous avons été impressionnées par la préparation des élèves qui avaient vraiment à coeur ce projet. Des élèves habituellement gênés et qui passent finalement inaperçus nous ont offert des prestations hors de l'ordinaire. Nous faisons toujours les auditions les trois ensemble pour essayer de faire les meilleurs choix possible. Nous avons donc complété notre « casting » et nous étions enfin prêtes à commencer les vraies répétitions.

Les répétitions
À la fin du mois de mars, tous les élèves ont donc reçu leur rôle et leur texte. Les acteurs ont eu tout le mois d'avril pour apprendre leur texte et les chansons. Nous avons tout de même commencé la mise en scène parce qu'il s'agit d'un gros morceau du projet surtout que plusieurs scènes demandaient d'avoir de nombreux acteurs sur scène. Petit à petit, au fur et à mesure que les textes étaient appris, nous avons commencé à pratiquer avec des accessoires et des décors. Pendant ce temps, les élèves qui préféraient s'impliquer dans la partie technique devaient prévoir les moments où on ouvrait et fermait les lumières, faire la liste des accessoires, trouver les décors à projeter sur un écran, trouver les sons, les bruits et les chansons, etc. À la fin du mois de mai, lorsque chacune des enseignantes a eu terminé sa propre mise en scène, nous avons continué les pratiques les trois classes ensemble. Il était intéressant de pouvoir se donner des conseils, repérer ce qui fonctionne moins bien et surtout de pouvoir donner des rétroactions aux élèves qui jouaient devant des « étrangers » pour la première fois. En juin, nos après-midis (après les examens, quoi de mieux pour décompresser!) étaient consacrés aux pratiques avec certains décors et costumes. Les élèves devaient donc s'entraîner à faire les changements de décors et de costumes de façon la plus calme et professionnelle possible.

La dernière semaine
La fébrilité était très palpable lors de la pratique générale. Nous avons consacré toute la journée précédant la pièce à faire une pratique comme si nous y étions pour vrai. Nous devons dire que nous ne sommes pas dans les coulisses avec nos élèves lors des représentations. Les élèves sont donc totalement autonomes pour absolument TOUT! C'est vraiment motivant et gratifiant pour eux de réaliser que le succès leur appartient en très grande partie. Nous sommes particulièrement fières de pouvoir dire que nos élèves sont capables d'accomplir un aussi grand défi.



Le jour de la pièce, nous sommes arrivées tôt pour monter la scène et installer les décors. À l'arrivée des élèves, nous avons finalisé le tout, préparé les accessoires en coulisses, enfilé les costumes et pratiqué en attendant l'heure de la première représentation. Nous en avons organisé deux pour les élèves de l'école (matin et après-midi). Pour ajouter à l'expérience, nous avons gardé les élèves pour un souper pizza (avec en prime un rafraichissant sandwich à la crème glacée) et nous nous sommes préparées pour LA grande représentation, celle des parents. Encore cette année, nous avons été impressionnées par la qualité du travail accompli par nos élèves. Nous avons également reçu de beaux commentaires des spectateurs.C'est donc avec le coeur rempli de fierté, mais avec aussi des petits yeux fatigués que nous sommes tous repartis ce soir-là.


Voilà donc notre dernier gros projet de l'année. Il y a eu beaucoup de travail de part et d'autre, mais malgré l'ampleur de la tâche, nous ne pouvons passer à côté de ce projet qui a su susciter un esprit de coopération. C'est beau de voir nos grands qui prendront des chemins différents dans quelques jours travailler sur un projet commun avec enthousiasme. Nous espérons vous avoir donné le goût d'essayer à votre tour. Écrivez-nous si vous avez des questions!



Les trois filles 😊
Psst! Pouvez-vous deviner qui jouait le rôle de costumière?

mardi 26 juin 2018

Nos organisateurs de cartables

La fin d'année rime souvent avec organisation et ménage. Nous en profitons donc pour classer les (nombreux) paniers de feuilles que nous n'avons pas eu le temps de classer avant le départ des enfants. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus amusant à faire (oh non!), mais nous prenons le temps de le faire afin que notre retour en classe au mois d'août se fasse plus facilement...Hi! Hi!


Suite à notre vidéo YouTube où nous présentions notre système d'oganisation de cartables (cliquez ici pour l'écouter) 😊, nous avons reçu plusieurs messages afin que nous vous partagions nos feuilles (très simples, mais efficaces) nous permettant d'identifier chaque cartable. Pier-Ann a même pris le temps de les embellir afin d'y ajouter un peu de couleurs. Si elles peuvent vous servir dans les prochains jours, tant mieux! 

Cliquez sur l'image pour télécharger le document.


Merci pour tous les beaux messages que vous nous avez partagés dans les dernières semaines! Ça nous motive à continuer notre mouvement d'entraide l'année prochaine. 😙

Les trois filles

mardi 12 juin 2018

Carnet de souvenirs pour la fin de l'année

Nous entamons les derniers jours de classe et nous avons le cœur gros à l'idée de quitter nos cocos. Vous êtes sans doute du même avis que nous; peu importe le moment de l'année, peu importe les difficultés rencontrées ou les défis à relever, travailler avec des enfants remplit notre cœur et notre tête de souvenirs qui sont inestimables. Au cours de cette dernière année, vous avez été important(e) pour votre groupe et ceux-ci ont vécu des moments magiques avec vous.

Nous avons pensé que tout comme nous, vous aimeriez trouver une façon permettant à vos élèves de garder une trace de ces souvenirs. Voici donc la raison pour laquelle nous avons créé notre carnet de souvenirs.





Dans ce carnet, les élèves ont la possibilité de choisir leurs moments préférés et de les représenter sous forme de dessin ou encore en écrivant quelques phrases.Vous pouvez également décider d'imprimer le document en couleur (comme sur notre image) ou en noir et blanc par souci d'économie. Les enfants doivent ensuite le coller sur une chemise en carton afin de créer un petit carnet. Vous pourriez aussi simplement imprimer le document et le faire remplir sur les feuilles blanches sans le découper.

Pourquoi aimons-nous utiliser une chemise en carton? C'est parce que les élèves peuvent y glisser des photos, des œuvres ou des petits mots qu'ils veulent garder précieusement. Le but est que les enfants puissent ajouter ce document à leurs souvenirs qu'ils garderont à la maison et qu'ils consulteront certainement plus tard!

Cliquez sur l'image pour télécharger le document.

Profitez des dernières journées avec vos élèves, il n'en reste pas beaucoup! 

Les trois filles 😊

jeudi 7 juin 2018

10 petites gaffes qui ont rendu notre quotidien un peu plus drôle

La fin d'année approche à grands pas et nous croulons présentement sous la tonne de projets à terminer, d'évaluations à corriger,  de bulletins à continuer (lire ici commencer), etc. Comme vous le vivez sans doute de votre côté, il arrive que cette charge de travail fasse en sorte qu'on se sente plus tendue et plus stressée.

Notre petit truc pour survivre à ces moments plus angoissants (autre que les réconforts alimentaires) est de nous remémorer des anecdotes que nous avons vécues ensemble et qui nous font rire. C'est bien connu, le rire détend l'atmosphère et fait diminuer le stress. Ainsi, nous avons pensé vous partager 10 petites gaffes que nous avons déjà faites, qui ne sont pas très graves et qui font encore couler bien des larmes... de rire!



1. Sans s'en rendre compte, Pier-Ann a déjà photocopié le corrigé d'une activité de sciences pour tous ses élèves. Ce sont eux qui lui ont fait remarquer une fois l'activité commencée. Oups!

2.  Alexandra vient parfois s’asseoir dans nos classes avec son café et sa collation (jus vert) bien paisiblement... et se rappelle après un bref instant qu'elle doit aller surveiller. Disons que, dans ces moments, elle passe de détendue à pressée en très peu de temps! Hi! Hi!

3.  Lorsqu'elle est dans une passe intense de correction, il arrive que Sarah écrive de drôles de choses sur les copies de ses élèves. En effet, il est déjà arrivé qu'elle écrive « bon travail ma cocotte » sur l'évaluation de l'un de ses grands sportifs. Une chance que le ruban correcteur existe!

4. Lors d'une sortie scolaire, Pier-Ann a déjà perdu son guide! Imaginez-vous donc que le guide était parti avec un élève de la classe qui ne pouvait pas monter les escaliers et que Pier-Ann devait le rejoindre à un endroit précis avec le reste de son groupe. Cela a pris un bon 20 minutes avant qu'ils se retrouvent. C'est fou comment il peut être facile d'oublier des indications...!

5. Alexandra a déjà écrit « bon merdredi » sur son TBI. Elle était tellement contente qu'il y ait 2 journées pédagogiques qu'elle a écrit son message un peu rapidement. Ses élèves ont trouvé cela bien amusant... et nous aussi!

6. Il y a quelques années, Sarah a enseigné en première année. Souhaitant divertir ses petites cocos, elle a décidé de jouer au bonhomme pendu et de leur faire découvrir le mot coquille. Quelle ne fut pas sa surprise et sa gêne de voir un tout autre mot écrit au tableau alors que la seule lettre qui restait à trouver était le « q ». Une chance qu'elle n'était pas en 6e année à ce moment! hihi!

7. Parfois, les gens pensent que nous sommes vraiment plus jeunes que nous le sommes en réalité. Lors d'une sortie à Radio-Canada, Pier-Ann et ses élèves écoutaient une dame parler de l'enregistrement de l'émission Tout le monde en parle. Elle a conclu sa présentation en spécifiant que personne dans le groupe ne pourrait participer à un enregistrement (Pier-Ann y compris), car il faut avoir plus de 18 ans...

8. Comme nous vous l'avons déjà dit, Alexandra à l'habitude de laisser traîner sa boîte à lunch, ses papiers, son cellulaire, etc., dans nos classes et même dans d'autres endroits inusités. Un midi, alors que vous revenions du Chocolat Favoris, Alexandra s'est rendue compte qu'elle avait perdu son téléphone cellulaire et soupçonnait qu'elle l'avait laissé sur le toit de la voiture de Pier-Ann. L'histoire se termine bien, car ledit téléphone était en fait dans sa classe. Elle a eu chaud!

9. Alors qu'Alexandra et Pier-Ann étaient en train de travailler à l'ordinateur, Alexandra s'est légèrement électrocutée en voulant brancher l'ordinateur portable de Pier-Ann. La réaction de Pier-Ann? Continuer de travailler sans broncher alors qu'Alexandra touchait tous les membres de son corps afin de voir si tout allait bien. Difficile de dire de qui vient la gaffe... Alexandra qui s'électrocute ou Pier-Ann qui ne réagit pas?

10. Comme vous toutes, nous avons une vie assez chargée. Avec nos nombreux projets, nous essayons d'être le plus organisées possible, mais cela n'est pas toujours concluant. À l'école, il arrive parfois (très souvent) que nous pensons que l'une  fait quelque chose et que finalement cette dernière pense également que c'est quelqu'un d'autre qui le fait. Résultat : nous sommes toutes les trois à la dernière minute et nous travaillons les trois ensemble pour faire ce qui devait être fait. Vive l'entraide!

C'est ainsi que se conclut notre top 10 des petites gaffes qui, avouons-le, rendent notre quotidien bien plus attrayant. Et vous? Avez-vous vécu ce genre d’anecdote avec vos collègues? Nous sommes curieuses de vous lire! N'hésitez pas à nous écrire si jamais vous désirez nous raconter vos propres moments cocasses.

Les trois filles :)

mercredi 6 juin 2018

Prenons ça « cool »!

Lorsque la fin d'année approche, on voit souvent apparaître sur les réseaux sociaux, de nombreuses idées ingénieuses pour offrir un petit cadeau à nos élèves. En parallèle, la montagne de correction augmente, le stress des bulletins aussi ainsi que les nombreuses activités spéciales. Et il y a ce fameux questionnement : offrir ou ne pas offrir quelque chose. Les enfants ont tellement de choses à la maison et nous offrons déjà tellement beaucoup tout au long de l'année.  Nous cherchions donc une idée simple, mais colorée afin d'offrir une petite douceur sucrée à nos grands pour célébrer leurs efforts tout au long de l'année (et la fin de leurs examens du MEES!).

La communauté d'enseignantes sur Instagram est tellement inspirante (créez-vous un compte si ce n'est pas fait, c'est une source de motivation quotidienne vraiment aidante). C'est d'ailleurs grâce à une enseignante que nous suivons  (des États-Unis donc document en anglais) que nous avons eu notre inspiration de « bucket list ». Le principe est simple, les enfants partiront avec leur liste de défis et ils devront la rapporter en septembre afin de nous prouver qu'ils ont relevé le défi. Nous la donnerons même à nos grands de 6e et ce sera une belle occasion de les revoir à l'automne.

Voici donc, si cela vous intéresse, le document à télécharger et à imprimer. Nous l'attacherons tout simplement à une sucrerie glacée.

Cliquez sur l'image pour télécharger.

Ne lâchez pas...on va prendre ça « cool » cet été nous aussi! 😉

Les trois filles

lundi 4 juin 2018

Des compagnons pratiques+code promo +concours

Dernièrement, nous avons eu la chance de recevoir des peluches de l'entreprise Peluches et compagnie. Détrompez-vous, il ne s'agit pas seulement de peluches traditionnelles. Cette entreprise a une mission qui va au-delà du compagnon que l'on connaît habituellement. En effet, les deux femmes qui se cachent derrière toutes ces peluches sont mamans d'enfants à besoins particuliers. Elles cherchaient donc un outil pour leurs enfants qu'elles pourraient apporter lors des différents rendez-vous. C'est grâce à cette intention du cœur qu'elles ont créé une première peluche lourde offrant du réconfort et de l'apaisement. Cette entreprise d'ici a vraiment des valeurs qui nous rejoignent et c'est pour cette raison que nous sommes très heureuses de collaborer avec elle.

Ce que nous avons testé :

Notre colis contenait trois items que nous avons testés avec nos grands! Ceux-ci les utilisent très souvent lors des périodes de lecture le matin ou lorsque nous enseignons et qu'ils doivent être bien attentifs. Plusieurs garçons venaient nous voir instinctivement pour pouvoir les mettre sur leurs jambes lorsqu'ils avaient besoin de se concentrer davantage. Ce sont des outils de qualité que nous trouvons réellement pratiques.

1. Péric le renard, un compagnon lourd
Il a vraiment l'apparence d'une peluche, il est très doux et il pèse 2kg. Au départ, nous pensions que nos grands allaient le trouver un peu trop « bébé » pour l'utiliser quotidiennement, mais au contraire, il est très populaire. Ils ne le diront pas trop fort, mais ils aiment encore cela des « toutous ».😉

P pour persévérance
É pour écoute
R pour réussir
I pour idée
C pour concentration


Pour ceux et celles qui ont des élèves plus jeunes, il y a même une histoire en lien avec ce compagnon. Il pourrait devenir la mascotte de votre classe...trop mignon!

2. Un coussin lourd pour les jambes
Ce que nous avons particulièrement aimé de ce coussin est qu'il a une housse lavable et que le coussin qui se cache à l'intérieur peut aller au micro-ondes ou au congélateur!


En classe, nous l'utilisons plus pour son poids (5 lbs), mais si vous l'achetez pour la maison, il offre des belles options pour vos enfants. Nous aimons aussi sa forme qui est plus discrète que la peluche. Il se place bien sur les genoux en dessous d'une table ou d'un pupitre.




3. Un coussin lourd pour les épaules
Encore une fois, ce coussin propose une housse lavable et un coussin à l'intérieur pouvant aller au micro-ondes ou au congélateur. Les élèves étaient amusés au départ de se mettre ce coussin sur les épaules lors de la lecture, mais cela n'a pas été très long avant qu'ils veuillent tous l'essayer. Il est plus léger que celui pour les jambes (2,5 lbs), mais il procure un poids intéressant pour ceux qui ont plus de difficulté à ne pas bouger durant la lecture.




Bref, s'il vous reste du budget pour du matériel d'ergothérapie de qualité, n'hésitez pas à vous procurer un de ces modèles. Nous avons un gros coup de cœur pour cette entreprise et la mission qu'elle s'est donnée. Si vous voulez en savoir plus et découvrir leurs points de vente, consultez leur site internet et leur boutique en ligne (cliquez ici). Vous pouvez utiliser le code 3FA15 jusqu'à vendredi pour obtenir 15% de rabais. Yé!

Psst! Nous organisons un concours sur notre page Facebook et un concours sur notre page Instagram. Allez jeter un coup d'œil pour participer du 4 au 8 juin. Bonne chance!

Les trois filles😊



jeudi 31 mai 2018

Enseigner les mathématiques sans manuels et sans cahiers c'est possible!

En cette fin d’année, au travers des activités spéciales, des examens et de tous les projets à terminer, il faut aussi décider si nous souhaitons commander des cahiers, dépenser des budgets qui sont apparus un peu soudainement, organiser notre matériel, etc. Et même si l’année n’est pas terminée, on se questionne sur les approches pédagogiques qu’on souhaite mettre en place en septembre ainsi que sur les projets et activités qu’on veut refaire ou essayer. Vous êtes donc plusieurs à nous avoir écrit en lien avec vos questionnements sur l’enseignement sans cahiers, spécialement en mathématiques. Nous vous avons déjà parlé de notre fonctionnement par ateliers , mais aujourd’hui, nous vous présentons du matériel de manipulation que nous utilisons au quotidien et des outils de référence que nous aimons particulièrement.



Fiches d’activités
La première chose qu’il faut savoir est que, même si nous n’avons pas de matériel attitré (comme un cahier par exemple), nous avons des abonnements à des plateformes numériques afin d'utiliser les fiches reproductibles avec nos grands. Nous utilisons aussi parfois d’anciens manuels scolaires qui contiennent certaines activités que nous trouvons pertinentes. Par exemple, dans l’ancienne version de Défi math, il y a toute une section où les élèves planifient et jouent au casino des probabilités. Un énorme succès auprès de nos élèves tant au niveau des apprentissages qu’au niveau du plaisir! Les dessins sont un peu désuets, mais les élèves ont vraiment construit leurs apprentissages et ont pu expérimenter le phénomène du hasard. Si vous faites le choix de passer à l’enseignement sans cahiers, nous vous conseillons d’abord de faire l’inventaire des ressources à votre disposition, car elles sont très utiles. N'hésitez pas à les utiliser.

Ouvrages de référence et formations
Nous avons également accès à quelques ouvrages de référence sur l’enseignement des mathématiques par la manipulation. S’il vous reste du budget et si vous avez le goût de faire des belles lectures cet été, nous vous suggérons de commencer avec les livres de Van de Walle. On y trouve beaucoup d’activités de manipulation simples, qui demandent peu de matériel, mais qui sont très efficaces. Nous apprécions particulièrement la section sur les fractions qui nous sert beaucoup lorsque nous amorçons cette notion, surtout en 5e année.


De plus, si vous souhaitez vous lancer dans l’enseignement sans manuels, nous vous suggérons de vous informer sur les offres de formations faites par vos conseillers pédagogiques. À notre commission scolaire, dans les dernières années, nous avons eu la chance d’avoir des formations sur l’enseignement des fractions et des nombres décimaux par la manipulation. Pour chacun des sujets, nous avons eu trois demi-journées de formation au cours desquelles on nous a fait tester différentes activités de manipulation. Nous sommes reparties avec plusieurs ressources, idées de matériel ,  sites Internet pour télécharger des jeux et des ateliers, etc. Ces journées ont été très formatrices et nous n’avons jamais regretté d’y être allées.

Matériel
Qui dit manipulation, dit matériel. Et si vous voulez que votre enseignement soit efficace, il faut s’en procurer en quantité suffisante pour que chaque élève puisse y avoir accès. De plus, il est important de ne pas se confiner à un seul type de matériel par notion (ex. ne pas seulement utiliser le matériel multibase en numération). Naturellement, s’équiper demande d’avoir accès à un bon budget. Par contre, bon nombre de livres de référence proposent quand même de travailler avec des éléments gratuits. Que ce soit des bandelettes de papier ou des boîtes d’oeufs pour travailler les fractions ou encore des jetons de différentes couleurs pour travailler les valeurs de position, il est possible de faire de belles activités gratuites en demandant la contribution des élèves. Les Lego sont aussi une belle alternative pour travailler les fractions et il est facile d’en trouver dans les classes... ou dans la salle de jeux de ses enfants (merci à nos frères et soeurs qui nous ont fourni du matériel gratuit sans le savoir!).😉

Alors, s’il vous reste de l’argent à dépenser rapidement dans les prochains jours ou si vous choisissez de magasiner tout simplement (nous ne sommes aucunement responsables des achats faits...Hi! Hi! ), voici une petite liste de ce que nous possédons en classe et que nous aimons beaucoup:
- Matériel multibase aimanté (si vous ne voulez pas dépenser, il est possible d'en imprimer et de plastifier le tout)
- Centicubes qui s’emboîtent les uns dans les autres (nous les utilisons aussi pour l’aire et le volume)
- Jetons
- Réglettes de couleurs (oui, oui, les fameuses réglettes qui puent et qui se retrouvent dans les boîtes carrées des années 1960!)
- Blocs mosaïques (pour la géométrie et les fractions)
- Cercles fractionnaires (vous pouvez également les faire vous-même ou avec vos élèves et les plastifier ensuite)
- Petites horloges et lignes du temps
- Geometiles ou autres formes permettant de créer des polyèdres et de voir leur développement
- Pour les probabilités: jeux de cartes, dés, billes, billets de tirages, etc.
 En fait, il n’y a pas de limites à ce que nous pouvons utiliser.
*** Il ne faut pas oublier les nombreuses cartes à tâches qui sont en ligne sur plusieurs blogues! ❤

Organisation
Si vous souhaitez vous équiper en matériel, nous vous suggérons de prévoir une partie de votre budget pour l’achat de bacs de rangement. Ainsi, lorsque vous abordez une nouvelle notion, tout votre matériel est au même endroit en plus d’avoir été à l’abri des élèves qui veulent continuer à jouer avec certaines choses plus attrayantes. Avouons-le, il n’y a rien de plus frustrant qu’un jeu de cartes incomplet ou que des cercles fractionnaires dans lesquels il manque de morceaux!

Alors voilà! Même si amorcer ce changement pédagogique peut sembler être une montagne au départ, en lisant et en se procurant du matériel petit à petit, il devient facile d’apprivoiser l’enseignement des mathématiques sans cahiers. Et puis, n'oubliez pas que vous avez des collègues qui peuvent vous aider. Vive l'entraide!

En espérant vous avoir donné le goût d’essayer,

Les trois filles :)
Psst! Si jamais vous utilisez du matériel que vous aimez beaucoup et dont nous n'avons pas parlé, n’hésitez pas à nous écrire pour partager vos idées.